1909529-sante-10-start-up-qui-vont-revolutionner-le-secteur

Betterise, chaperonnée par Michel Cymes

Particularité : la start-up offre un service purement B2B, destiné aux moyennes et grandes entreprises et à destination de leurs employés. Le service imaginé par la start-up française de médecine préventive est encore en phase béta, mais il sera complètement opérationnel au printemps. La plateforme Betterise, qui sera disponible sur le web, mobiles, tablettes et objets connectés, vise à améliorer la santé des utilisateurs en mesurant et analysant leur comportement : activité, nutrition, sommeil, stress, addictions...

Elle leur propose ensuite des programmes d'accompagnement quotidiens et personnalisés grâce à un algorithme propriétaire mis en place par un collège d'experts médicaux, sous la direction du docteur et animateur TV Michel Cymes.

Particularité : la start-up offre un service purement B2B, destiné aux moyennes et grandes entreprises et à destination de leurs employés.

AdhereTech, la santé connectée

Passée par l'accélérateur américain dédié à la santé Blueprint Health, AdhereTech a imaginé une "smart pill bottle" : un flacon pour médicaments équipé de capteurs qui surveillent si le patient prend bien ses médicaments. En temps réel, le flacon vérifie le nombre de médicaments qu'il comporte et envoie les données dans le cloud. Un appel automatique ou un SMS rappelle alors au patient de prendre son médicament.

La start-up a levé 200 000 dollars en amorçage. Elle espère nouer des partenariats avec des laboratoires pharmaceutiques pour qu'ils se chargent de la distribution auprès des pharmacies.

Medissimo, le pilulier communiquant

La start-up française investit le même créneau qu'AdhereTech et son flacon équipé de capteurs : elle rappelle aux patients la prise de médicaments. Medissimo a été récompensée au CES de Las Vegas pour son pilulier communiquant, imedipac, destiné à ceux qui souffrent de maladies chroniques ou doivent prendre un traitement quotidien. La société créée en 2004 emploie 24 personnes.

imedipac se connecte à la plateforme e-santé sécurisée de Medissimo. Doté de fonctions Wifi ou Bluetooth, il se connecte via PC, tablette ou mobile. Des signaux lumineux interpellent le patient lorsqu'il doit prendre le médicament. imedipac permet aussi d'accompagner les patients lors de leurs voyages en se synchronisant automatiquement sur les fuseaux horaires. Lors d'une erreur de prise, plusieurs alvéoles se mettent à clignoter en association avec une alerte sonore. La plateforme medissimo en est informée et déclenche une alerte téléphonique au patient puis une alerte en cascade auprès du réseau d'aidants.

iCouch.me, un psychologue à distance

iCouch propose des séances de psychothérapie virtuelles. © S. de P. iCouch

Bénéficier d'une session avec un psychologue, un psychiatre ou un psychothérapeute sans sortir de chez soi. C'est ce que propose le site Web iCouch. Les internautes peuvent effectuer une session avec un professionnel de la santé mentale via un chat vidéo. Cela lui coûtera entre 65 et 90 dollars pour 50 minutes.

iCouch travaille également à nouer des partenariats avec des entreprises, des hôpitaux et des assurances pour permettre à leur employés, patients et clients de bénéficier de la plateforme. La start-up passée par Blueprint Health avait levé 20 000 euros en amorçage en 2012. Le site revendique aujourd'hui plus de 5 000 utilisateurs. Sa base de données s'enrichit de 15 thérapeutes par semaine environ. Elle compte aujourd'hui plusieurs centaines de praticiens dans plusieurs pays du monde.

RxApps, l'application pour les maladies chroniques

A destination des professionnels de santé, RxApps permet de surveiller les changements de comportements des patients atteints de maladies chroniques et d'adapter les traitements grâce à des SMS personnalisés et des applications Web. 

La société informe à la fois les patients et leurs médecins sur "ce qui marche avec le traitement, quel aspects du style de vie du patient pourraient être difficiles à changer, et si oui ou non le patient peut être hospitalisé". Une communication régulière facilitée pour améliorer l'efficacité des soins... Et diminuer les coûts. La start-up fondée en 2011 a levé 20 000 euros en amorçage.

Ekso Bionics fait marcher les paraplégiques

Ekso est un costume bionique qui permet à ceux qui ont une faiblesse des membres inférieures -jusqu'à une paralysie totale- de pouvoir se lever, se tenir debout et même de marcher en ligne droite. Le poids de l'utilisateur active des capteurs qui vont eux-mêmes initier le mouvement des pas. Des moteurs sur batterie permettent aux jambes de bouger, remplaçant les fonctions neuromusculaires déficientes.

Ekso Bionics a été créée en 2005 en Californie et s'est financée grâce à des bourses de recherche délivrées par la Défense. Pour l'instant, l'Ekso, qui coûte 130 000 dollars environ, est utilisé pour la rééducation de patients, dans le milieu médical. Mais la société espère sortir une version grand public en 2014.

My Hospi Friends, réseau social pour patients

My Hospi Friends est disponible sur le Web, mobile et smartphone. Le réseau social lancé en janvier 2013 cherche à créer une communauté parmi les patients. En se créant un profil, ils peuvent échanger avec les voisins de chambres qui partagent les mêmes intérêts qu'eux.

Aujourd'hui, My Hospi Friends est commercialisé en France, mais aussi en Europe. L'hôpital doit acheter une licence pour être référencé sur le site Internet. Le patient peut alors, grâce à l'adresse Internet de son établissement, accéder gratuitement au service pendant son séjour.

Qardio, pour surveiller son coeur de chez soi

Qardio, créé en 2012 aux Etats-Unis, développe une ligne d'objets connectés médicaux. La start-up, finaliste de TechCrunch Disrupt Berlin, s'adresse aux particuliers, pour leur permettre de surveiller leur cœur dans la vie de tous les jours.

Elle propose pour l'instant deux produits. ECG QardioCore est disponible en pré-commande. Il s'attache autour de la poitrine et enregistre, non seulement, les battements de cœur, mais aussi l'activité physique, les variations de température, les variations du pouls... Et transmet les données, via le cloud, au médecin pour éviter des visites inutiles. Une campagne Kickstarter a par ailleurs été lancée pour QardioArm, un appareil qui permet de mesurer sa tension soi-même et de la visualiser sur l'application smartphone. Elle a déjà permis de recueillir plus de 127 000 dollars. Les tensiomètres devraient être livrés en mars.

Santech coordonne les services de santé

Fondée en février 2012, Santech est spécialisée dans l'édition de logiciels pour la santé, pour accompagner les malades. Ses outils étudient par exemple la routine des patients, leur prise de médicaments, mais aussi leurs activités sociales. Un système d'alertes diverses qui vise plusieurs types de personnes (médecins, proches...).

La start-up travaille en collaboration avec des assurances, des Conseils généraux, des laboratoires pharmaceutiques... Elle espère passer à une industrialisation de la production en 2014.

SkinVision, l'appli qui peut détecter un mélanome

Vérifier au quotidien la santé de sa peau et garder une trace en prenant des photos de ses grains de beauté ou lésions : c'est ce que permet l'application SkinVision, fondée en 2011. Le but : détecter le plus tôt possible les mélanomes en traquant les modifications de la peau qui nécessitent d'être vérifiées par un dermatologue.

L'utilisateur peut envoyer une photo, qui sera traitée et examinée à l'aide d'un algorithme mis au point par des dermatologues. L'utilisateur reçoit une analyse instantanée qui lui dit si oui ou non, il doit consulter un spécialiste. Il peut ensuite se servir de l'application pour dénicher un dermatologue à proximité. Objectif ultime du service : diminuer les coûts de dermatologie en améliorant la relation avec le patient. L'appli donne aussi des conseils de prévention pour protéger sa peau et se prémunir des risques de mélanome.

Article source